Le Keren Hayessod mobilisé depuis le 7 octobre

ven 5 Jui 2024
Le Keren Hayessod mobilisé depuis le 7 octobre

Depuis le 7 octobre, le Keren Hayessod déploie de nombreuses actions en Israël pour aider le maximum de personnes. Ce «samedi noir » a créé des dommages considérables et c’est tout un pays qui s’efforce courageusement de se relever et de retrouver une vie normale. Il y a ceux qui ont perdu des proches, les victimes rescapées des massacres, les familles des otages rongées par l’angoisse, ceux qui n’ont plus de logement, les populations « déplacées » du Sud et du Nord qui vivent dans des hôtels depuis des mois, ceux qui développent des symptômes post traumatiques…
Le Fonds d’urgence pour les victimes du terrorisme est là, pour les aider très concrètement à se reconstruire.

Début 2024, grâce à ses donateurs du monde entier, le Keren Hayessod a redistribué plus de 60M$ en Israël. Différentes actions ont été menées :

Aide aux victimes du terrorisme :

Des subventions de 1300€ ont été allouées immédiatement aux victimes du terrorisme. Pour les personnes les plus vulnérables : orphelins, personnes âgées, ceux qui ont perdu leur maison ou qui ne peuvent plus travailler, une subvention de 7800€ leur sera accordée par la suite.

Accompagnement psychologique : Un accompagnement psychologique immédiat. Notre objectif est d’aider les victimes à se rétablir le plus rapidement possible grâce à différentes thérapies et les soins psychologiques.

Aides financières aux conseils régionaux :

Plusieurs millions de dollars d’aides financières ont été données aux conseils régionaux du sud qui redistribuent aux villes et kibboutzim dévastés.

Soutien aux hôpitaux et centres médicaux :

Des aides financières ont permis aux hôpitaux et centres médicaux, de garder leurs portes ouvertes malgré les frappes incessantes.

Distribution de repas aux personnes âgées et évacuées :

Des repas ont été distribués à des milliers de personnes âgées notamment au sein des résidences Amigour ou à d’autres évacuées de leur maison.

Evacuation et accueil des réfugiés :

Des centres d’intégration situés dans le sud ont dû être vidés de leurs résidents. Ces derniers ont été intégralement pris en charge dans d’autres structures.